Qui suis-je ?


MISE À JOUR LE 29-07-2021 À 11H00
Cette page peut faire l'objet de mises à jour régulières.

 Qui suis-je ?

Jean-Jacques Yvars

Webmaster
Je me nomme Jean-Jacques Yvars, j'ai 51 ans et je suis père de deux adolescents. Dans la vie je suis ingénieur du son spécialisé en mastering audio, programmeur-développeur de logiciels informatiques et, accessoirement, je m'occupe des mises à jour quotidiennes du Journal de l'Ufologie. Mon intérêt pour les phénomènes ufologiques s'est développé soudainement suite à une observation rapprochée. En effet j'ai été amené à m'intéresser à ce sujet en 1991. Je n'avais alors que 21 ans.

Alors que je ne m'intéressais pas spécialement à cette matière, j'allais être témoin, avec cinq autres personnes, d'un phénomène aérien non identifié (PAN) que j'allais finir par observer de très près (moins de six mètres). Un peu plus tard, cette observation rapprochée allait donner lieux à des séquelles physiologiques qui firent leur apparition dans les 24 à 36 heures après l'observation.

Notez que si j'ai témoigné de ces faits il y a des années de cela auprès d'une poignée d'enquêteurs de confiance, je n'avais quasiment pas évoqué d'effets physiologiques publiquement à l'époque. Cela pour des raisons compréhensibles que j'explique un peu plus bas. Déjà à l'époque je n'avais pas écrit avoir observé un « OVNI », mais bien un phénomène aérospatial non identifié (PAN). Et la différence entre les deux a son importance. Car dans ce que j'ai décrit avoir observé, il n'y avait pas d'engin fait de « tôles et boulons », mais une masse lumineuse sphérique et silencieuse de grande dimension (+/-30m) et dont l'intense luminosité empêchait d'entrevoir quoi que se soit d'autre à son sujet. Je n'avais donc aucune raison valable d'évoquer un « objet ».


Mon témoignage complet avec toutes les descriptions détaillées sera fourni aux ufologues sérieux ayant une démarche de recherche de la vérité. Je le publierai ici-même dans quelques temps. Mais en définitive, alors que je m'étais lentement accoutumé à construire ma réputation professionnelle dans mon domaine privilégié - et que jusque là je gagnais vraiment très bien ma vie - cela m'a néanmoins contraint à cesser brusquement et définitivement toute activité comme Disc-Jockey. Ma vie, essentiellement construite autour de la musique et du son venait de s'effondrer. Avec les années, privé d'un métier que j'adorais, je suis progressivement devenu ingénieur du son puisque mon intérêt pour cette matière est indélébile.

Cela étant dit outre certaines séquelles de l'ordre de l'irréversible, je n'ai gardé aucune rancœur particulière vis-à-vis du phénomène que j'ai observé. Là où d'autres auraient pu se répandre dans le complotisme telle une serpillière, j'ai préféré pour ma part enquêter sur le terrain pour essayer de comprendre.

En effet lorsqu'on est « victime involontaire » d'une situation pareille, on peut facilement être amené à s'imaginer et à croire toutes sortes de choses. Tel ne fut jamais mon cas, sauf peut-être les premiers temps après les constats de séquelles, puisque j'étais vraiment embarrassé par la situation. Mais cela ne dura que quelques mois. De plus, étant donné le contexte familial à cette époque, je n'avais parlé de cela à personne dans mon cercle proche. Les connaissant bien, je savais que cela donnerait lieu à des échanges stériles et dépourvus d'intérêt. Si ma mère a bien eu connaissance d'une partie de ces problèmes, elle n'a jamais rien su quant à leur origine. Quand on vit quelque chose qui sort à ce point de l'ordinaire, c'est assez difficile de s'ouvrir aux proches. Ce fut d'ailleurs une surprise que de découvrir qu'il m'était plus « simple » de communiquer mon témoignage à des ufologues, plutôt qu'à mes proches. Mais on ne peut accuser personne pour cela. Après tout qu'est-ce qu'un témoin ? Ce n'est qu'une personne ordinaire mise en situation extraordinaire.

Suite à cette observation et à ses conséquences malheureuses, quelques temps plus tard j'ai rejoins la communauté ufologique francophone en fondant un site internet associatif du nom de Ovni Science et dont j'ai été le webmaster jusqu'à la fin des années 2000. C'était pour moi la façon la plus pertinente de m'interroger sur ce qui m'était arrivé en essayant de trouver, comme bon nombre de témoins avant moi, les réponses aux questions légitimes que je me posais. Si plusieurs dizaines d'enquêtes de terrain furent réalisées auprès de témoins divers et variés, elles ne me permirent jamais de trouver d'éléments probants pour expliquer mon observation de façon rationnelle. Par la suite, cette création associative donna naissance à un site web très connu de la communauté ufologique : Le Journal de l'Ufologie. Pour découvrir rapidement son histoire, .

Depuis cette observation rapprochée, j'ai considérablement développé une caractéristique particulière à certains ufologues : . Celle-ci m'a permis d'y voir plus clair et d'élargir mon champ de compréhension sur ces phénomènes. J'en parle plus ouvertement dans un article dédié dont le lien est ci-dessous. Cependant je vous suggère de commencer votre lecture par l'article « Mon approche de la problématique OVNI ».

Anecdote

Quelques temps après avoir témoigné, je suis tombé par hasard sur un petit site web ufologique sans intérêt, créé par un jeune homme peu soucieux des détails qui ont leur importance. Il décrivait mon observation comme étant une « rencontre rapprochée du troisième type » (RR3). Sincèrement, cela m'a choqué de me retrouver mêlé sur internet à une histoire qui dépassait de très loin ce que j'avais vécu. Il décrivait des choses que je n'avais jamais décrites : présence d'un OVNI avec des êtres humanoïdes, signes visuels qui m'étaient personnellement adressés par ces entités, etc. ; bref, un scénario rocambolesque situé à des années lumières de la vérité. Je vous laisse imaginer ce qu'il aurait été capable de produire comme inepties si j'avais témoigné en détaillant les séquelles physiologiques ? Je me suis empressé de lui envoyer un mail en lui suggérant de relire soigneusement mon témoignage. Je lui ai également envoyé tous les détails de la  et finalement, au bout de quelques « échanges » peu constructifs, je lui ai demandé de supprimer purement et simplement mon témoignage de son site web. Ce qu'il fit.

Visiblement, il ne se rendait pas compte que sa croyance personnelle aux « extraterrestres » pouvait générer du tort à la véritable recherche ufologique, ainsi qu'aux témoins. Il existe pourtant bon nombre de faits parfaitement établis et très bien documentés qu'il suffit de faire connaître au grand public pour générer un intérêt basé sur des faits vérifiables. L'utilité d'en rajouter des tonnes avec des mensonges qui portent atteinte directement aux témoins, n'aidera certainement pas la cause qu'il croyait vouloir défendre. De plus, l'aura de mystère qui entoure déjà le phénomène OVNI n'avait pas besoin qu'on en rajoute...

Si vous avez des questions et/ou des suggestions à formuler, vous pouvez me contacter par mail.

NB : L'ufologue Joël Mesnard, qui dirigeait l'excellente revue ufologique LDLN (Lumières dans la Nuit) et pour qui j'ai un immense respect, a évoqué cette observation rapprochée dans une conférence publique en vidéo, que j'ai eu l'occasion de visionner sur internet il y a quelques années. J'ai récemment essayé de la retrouver, sans succès. Si vous y parvenez n'hésitez pas à me contacter. Je l'ajouterai ici avec grand intérêt.

Découvrez mes publications


Cet article explique comment je vois les choses et pourquoi.

Cet article explique comment et pourquoi j'utilise cette méthode.

Partagez cette page sur vos réseaux sociaux


ReCaptcha

Ce service de protection de Google est utilisé pour sécuriser les formulaires Web de notre site Web et nécessaire si vous souhaitez nous contacter. En l'activant, vous acceptez les règles de confidentialité de Google: https://policies.google.com/privacy

Google Analytics

Google Analytics est un service utilisé sur notre site Web qui permet de suivre, de signaler le trafic et de mesurer la manière dont les utilisateurs interagissent avec le contenu de notre site Web afin de l’améliorer et de fournir de meilleurs services.